Des Sourires et des Espoirs…

” Mon fils Aris voit le jour le 11 septembre 1997 en Guadeloupe. Il naît à terme, mais il manque d’oxygène à la naissance et fait une hémorragie cérébrale. Ces complications le plongent dans le coma pendant 10 jours.

660668_983df6acc2ef4c189738c6fb46cb41fbLe diagnostic tombe : mon fils aura de graves séquelles cérébrales et restera  toute sa vie dans un fauteuil roulant. C’est ce qu’on  m’annonce à l’hôpital Necker (Paris,75) Aris est alors âgé de 7 mois. Son handicap est officiellement reconnu  et toujours selon le même corps médical: « le cerveau n’est pas réparable… le cerveau, on ne connaît pas… la seule chose qu’il y a à faire, c’est rééducation, rééducation, rééducation… ».

Délaissée par leur père,  je prends tout de même la décision en 1998 de quitter ma Guadeloupe natale et de m’installer en métropole dans l’Essonne (91) avec mon petit Aris et son grand frère Arold (alors âgé de 4 ans).

Aris est très bien accueilli dans le premier centre où il est admis à (Antony, 92). Très attachant, il est aimé de tous. Mais le temps passe et, malgré le fait que tous reconnaissent ses capacités motrices, son corps ne répond pas.

Que faire alors ?660668_4bf6dfac08d24512b6891ba338cd032a-1

En plus de la rééducation, les spécialistes me recommandent corset, siège moulé, pelvis de nuit, interventions chirurgicales (hanches, colonne, dos, abducteurs)…

Mais je refuse toute opération chirurgicale car au fond de moi, j’espère encore trouver une alternative à tout cela.
Et en juillet 2003, mes recherches m’emmènent aux Etats-Unis où Aris découvre et essaye une nouvelle méthode d’apprentissage : le Biofeedback EMG « Méthode Brücker” » Une nouvelle vie s’ouvre alors pour mes fils et  moi.

En août 2003, les résultats obtenus sur Aris dès le premier programme de 4 semaines sont si positifs que cela me conforte dans une idée : créer une association pour aider le plus possible de familles se trouvant dans la même situation que moi.

L’association Un Sourire Pour l’Espoir voit donc le jour en 2003 et je me fixe comme objectif de récolter le maximum de fonds afin que tous ses bénéficiaires aient accès aux thérapies pouvant améliorer leur condition.Depuis, j’aide et j’accompagne grâce à l’association des familles de France métropolitaine et d’Outre- Mer, d’Europe et de l’étranger. J’ai permis à de nombreuses familles de rencontrer le Docteur Bernard BRUCKER, fondateur du Biofeedback-EMG, afin qu’elles bénéficient de sa méthode.

J’ai développé de solides partenariats et organisé de nombreux échanges et rencontres avec d’éminents spécialistes alors encore inconnus en France tels que le Dr Igor NAZAROV , Diana DIAZ Jozef VERVOORT …
ar-300x200

Et, 12 années plus tard, je me suis lancée vers un nouveau défi : créer enfin en France un lieu unique et inédite réunissant l’ensemble des thérapies et méthodes que j’ai expérimentées toutes ces années avec mon fils : La Maison De L’Espoir (MDE-USPE).

   660668_bf20654454274dd09b4ed6a31150f2cc

Aujourd’hui, Aris marche et se déplace sans aide, corset, canne, déambulateur ou autre appareillage qu’on lui avait prédit.  Il ne relâche pas ses efforts afin d’améliorer sa diction et la motricité fine… Son frère Arold rentre en master de droit.

Grâce à lui, la porte vers de nouvelles thérapies s’est ouverte en France pour d’autres enfants, adolescents et  adultes en situation de handicap : plus de 1000 personnes ont désormais adhérer  à Un Sourire Pour L’Espoir depuis sa création il y a plus de 10 ans.

 Et l’aventure ne fait que continuer … “

ipad-1602-052-765x1024

Antonie MORADEL

Présidente-Fondatrice 

de l’association Un Sourire Pour L’Espoir et de la MDE-USPE